constant odeon 15-6-12

 

         L'importance d'être Constant est l'une des comédies les plus aristocratiques jamais écrites: ironie, mauvaise foi, pirouettes et non-sens y tiennent salon, pour le plus grand bonheur du spectateur.

          Jack et Algernon sont deux “jetsetters”, comme on dirait aujourd'hui. C'est-à-dire qu'ils écument ensemble les soirées mondaines de Londres, où un mot dit de travers peut ruiner une réputation. 


          La société victorienne est une bête curieuse qu'Oscar Wilde s'amuse, avec un humour acide, à passer sous la loupe. Autant de belles manières que d'hypocrisie… Seules les apparences comptent et peu importe toute la fourberie.



          Nos deux jeunes hommes inventent, pour échapper à leur personnage bien comme il faut, qui un frère, qui un ami malade, leur permettant de s'évader de temps en temps et de faire ou de dire ce que les règles de la bonne société leur interdiraient. 
Mais ils tombent amoureux et se retrouvent prisonniers de leurs mensonges.

          Et bien entendu, les situations s'enchevêtrent et les malentendus s'enchaînent.

          
Délicieux!

* * * * *

Oscar Wilde (1854-1900) est un auteur original à l'oeuvre multiforme: romans (Dorian Gray par ex.), poèmes (La Ballade de la geôle de Reading), à l'image de sa vie chahutée. Alors pourquoi ne pas entrer dans celle-ci par une pièce de théâtre dont le titre est déjà multiple d'une traduction française à l'autre (Ernest, Aimé, Constant?)

Et donc, amis spectateurs du Théâtre du Pavé-Marcel Gippa, que vous soyez à Villeneuve ou à Saxon, un conseil: soyez attentif au titre, qui n'est pas sans signification…

Profitez aussi de l'occasion pour vous plonger dans l'atmosphère victorienne - et peut-être un peu hypocrite… - de son temps, et dans le cadre de laquelle évoluent nos dandys/personnages. Suivez attentivement leurs évolutions pleines d'inventions… qui ne sont pas sans conséquence(s), et vous pourrez ainsi apprécier toute la subtilité du style particulièrement brillant de l'auteur. Oui, c'est une pièce qui exige une certaine attention, mais celle-ci vous permettra de discerner la provocation derrière le banal, le classicisme de la formation de l'auteur (Dublin, Oxford) derrière la critique subtile et cependant féroce des belles manières d'une société d'apparences.

En outre, les dialogues sont débordants d'un humour acide qui n'appartient qu'à lui, et chaque personnage pris individuellement ne manque pas de sel! Vous jugerez par vous-même.

De quoi donc occuper sans aucun doute une belle soirée de théâtre, entraînés par l'enthousiasme inaltérable de la toujours jeune équipe du Pavé malgré ses 36 ans d'existence: mais il est vrai qu'en fait c'est un bien jeune âge, quel que soit celui de chacun des membres passionnés qui la composent. Mais voilà les trois coups: alors à eux de jouer, pour votre bon plaisir."

 Jean-Claude Courtois

 

 

 
 
 
 
 
<!--[if gte mso 9]> <w:LsdException Locked="false" Priority="72" SemiHidden="false" UnhideWhenUsed="false" Name="Colorf