En fait, l’aventure de la troupe débute en 1975, alors que Marcel Gippa, son fondateur, vit son amour du théâtre au sein du Théâtre du Vieux Quartier à Montreux. A ce moment le TVQ décide de professionnaliser sa démarche et Marcel lui ne souhaite pas suivre cette voie. Il quitte donc le TVQ avec deux autres comédiens ; ils formeront le noyau de la future troupe qui s’établit à Villeneuve, lieu de domicile de Marcel.

 

Ainsi se crée « Le Théâtre du Pavé » :

« Un ami journaliste m’a suggéré ce nom, inspiré par la vision des ouvriers en train de refaire le pavement de la Grand-Rue à Villeneuve » confie Marcel Gippa.

 

A Villeneuve, la Municipalité de l’époque se réjouit de voir Le Théâtre du Pavé s’installer dans la localité et plus particulièrement dans l’ancien cinéma désaffecté, l’Odéon. Marcel et son équipe vont créer, avec les moyens du bord, des spectacles exigeants, bien avant que la salle ne soit rénovée pour devenir le théâtre que nous connaissons actuellement.

 

« Il est important de proposer aux comédiens des textes forts et bien construits » assure Marcel Gippa. Cette exigence par rapport aux textes, cette volonté de faire un théâtre sérieux n’ira pas sans provoquer quelques tiraillements ; certains éléments souhaitant s’orienter plutôt vers la comédie, quitteront la troupe.

 

Parmi les spectacles montés par Le Théâtre du Pavé, il faut citer celui qui aujourd’hui encore est dans tous les esprits, le spectacle qui a fait la réputation d’excellence de la troupe « Harold et Maude » de C. Higgins en 1983. Grâce à ce spectacle Le Théâtre du Pavé conquiert le public et la presse qui loue cette performance à travers toute la Suisse Romande. L’année suivante le Pavé monte « L’atelier » de Grumberg, bien avant que cette pièce ne connaisse le succès qui est le sien aujourd’hui.

 

Le Théâtre du Pavé, ce sont également quelques spectacles en plein air, comme « Il pleut dans la fontaine » de Simone Collet ou « Marie Stuart » de Schiller donné en 1993 dans la cour du château d’Aigle.

 

Pour son 30e anniversaire le Pavé a monté un magnifique « Malade Imaginaire ». Ce fut hélas la dernière mise en scène de Marcel Gippa, qui nous a quitté ce 21 mai 2007.

 

« Je n’ai pas encore eu le plaisir de monter un Shakespeare. J’avoue que cela me tente… » Quel dommage que ce plaisir ne lui ait pas été accordé !

 

C’est donc en hommage à Marcel, metteur en scène, fondateur et âme du Pavé que les comédiens de la troupe ont décidé de la renommer :

 

« Théâtre du Pavé – Marcel Gippa »

 

 

« Servir le théâtre, plutôt que de s’en servir » restera la devise de la troupe.