Historique
 
DRAMATIQUE, cela suggère un drame douloureux, dont le récit va provoquer des
réflextions profondes sur la nature humaine.

A plus de 85 ans, cela fait déjà vieille dame. La Dramatique, société littéraire et théâtrale,
dont la devise est "par l'art embellir la vie", auraient de quoi déconcerter. Mais vous êtes là aujourd'hui encore pour démentir cette impression ! En effet, rien de tout cela dans cette joyeuse équipe de mordus, qui anime avec un certain bonheur et une longue fidélité un créneau de la vie culturelle aiglonne.

 

La naissance de La Dramatique est liée à celle de la salle de l'Aiglon. En effet, c'est à M. Henry LEYVRAZ, alors chef de la Maison Bitter des Diablerets, ce célèbre apéritif de l'époque, que nous devons l'initiative et la construction de cette salle de spectacle, sise juste à côté de l'usine de production, dont les derniers vestiges ont fait place à l'Ecole Professionnelle du Chablais. C'est probablement la perspective de cette salle prestigieuse pour l'époque qui poussa quelques mordu de théâtre à fonder une société.
L'assemblée constitutive eut lieu le 23 juin 1922, et le premier spectacle inaugura la salle le 14 avril 1923. Les anciens aiglons se souviennent peut-être des noms de quelques pionniers : André CATTIN, Paul GENET, James DEPREZ, Joseph STRAGGIOTTI, André RAU, André SIEBENMANN, ce dernier sera plus tard plus connu sous le nom d'André BÉART. Tous ne sont pas nommés ici. Lors du 50ème anniversaire de la société, André BOINNARD signa une remarquable plaquette, bourrée de détails. Nous n'allons pas les répéter ici.
Très rapidement, ce nouveau groupe théâtral prit sa vitesse de croisière, en jouant essentiellement des comédies, mais également des revues. Ces deux genres, assumés avec excellence, forgèrent le succès de La Dramatique à Aigle, puis beaucoup plus loin. Quelques comédiennes et comédiens devinrent même de véritables vedettes locales. La mode était à l'époque aux concours, La Dramatique s'y frotta dès 1924, et connu bien des succès. Ce fut même un triomphe en octobre 1928 à La Chaux-de-Fonds, où elle remporta le challenge de la Fédération internationale, pas moins ! De grandes tournées nous font un peu rêver aujourd'hui : Aix-les-Bains et Paris en 1935, Bruxelles en 1947.
Pour son premier demi-siècle, l'activité de La Dramatique est impressionnante. Un grand nombre de comédies, quelques classiques comme "Le Malade Imaginaire" (1948), "Le Barbier de Séville" (1954), "L'Invitation au Château" (1953), plusieurs collaborations avec la chorale "l'Hélvétienne", beaucoup de pièces en un acte (on en jouait une à l'occasion de chaque assemblée générale annuelle!), des pièces policières, et des revues qui pimentairent quelques années la Braderie d'Aigle. Impossible de citer tous les participants à cette fourmilliante activité !

André SCHEIBLER (1997)