• 1999. Issue du théâtre de l’Echalas, la jeune troupe investit la petite Grande Salle de Savuit sur Lutry en accompagnant les spectateurs sur un magnifique texte de C.F Ramuz « Vendanges ». Extrait, Mais, plus à droite encore, dans des régions encore plus aériennes et sur les bords même du ciel, là venait la plus grande merveille: je la revois au fond de moi-même comme sept femmes agenouillées, les mains jointes, vêtues de blanc. Vêtues de blanc, tout là-haut, ou d’or ou d’argent ou de rose selon l’heure … et qui illuminaient l’espace tout en le transfigurant : les sept Dents du Midi avec leurs neiges et leurs glaciers. Le m.e.s Philippe Jeanloz s’inspire des souvenirs d’enfance de C.F. Ramuz.
  • L’année suivante, la troupe présente Harold Pinter, « Le Pélican Tatoué » avec des personnages fragiles, en équilibre sur leur banal quotidien. Le COZ s’enorgueillit d’avoir eu le privilège de jouer ces dialogues au Canada dans un festival modestement baptisé international.
  • Fin de la période Savuit. En 2001, la troupe se reconstruit aux Boveresses (maison de quartier à Lausanne) et propose un spectacle original, « Autobus ». Textes proposés par les comédiens, improvisations sur des mythes suisses comme le mariage en blanc. Des textes de Marius Daniel Popescu (Le Persil) complète ce matériel. Proposé aux voyageurs des transports publiques lausannois, cette performance physique, courageuse est une bonne expérience de comédiens.
  • 2002, « Dieu regarde et se tait », textes d’ Annie Saumont avec des personnages ambigus. Belle expérience dans l’Espace 44, la maison de quartier des Bergières.
  • 2004 Le spectacle « Roulez Tourmente » sera le dernier travail de la troupe avec Philippe Jeanloz aidé par Mirela Vuistiner. Textes difficiles sur le plan psychologique sur les problèmes de l’inceste mais aussi de la résiliance se référant à la vie de Niki de Saint Phalle.
  • En 2005, Dominique Charmillot reprend la mise en scène et choisit Agota Kristof « L’Heure Grise » et « Un Rat qui passe ». La troupe présente son travail dans la maison de quartier Sous-Gare.
  • En 2007, les comédiens s’amusent beaucoup et font rire sur des textes de Pierre Dac sous l’appellation « Psych’ôz toujours, Voyage loufoque avec Pierre Dac ».
  • Une année plus tard, la troupe propose une œuvre de Serge Valletti « Si vous êtes des hommes ». en dépit de la gravité du thème, du sérieux de la situation, les comédiens trouvent beaucoup de plaisir dans cette virée au coeur du monde des marginaux. Les répliques sont parfois naïves et drôles.
  • En 2010, c’est la poursuite du meilleur marché et de la délocalisation. Avec un texte d’Emmanuel Darley (Flexible Hop Hop) et des séquences de la vie de bureau tirées de « Débrayage » de Rémi Vos, « Déjà le début de la fin du mois» dépeint la dure réalité quotidienne dans le monde du travail et de l’usine.
  • En 2011, le coz fête joyeusement ses 10 spectacles, « L’amour, les cons et le saucisson » cabaret parlé sur des textes de Brassens, Brel, Dutronc: le COZ vous invite à la fête.
  • En 2013, le COZ propose 5 petits bijoux de Grand Guignol à ses spectateurs. Frayeur, émotions et fou rire protecteurs sont au rendez-vous ...
  • L'année suivante, le collectif propose plusieurs sketchs de Jean Yanne et Jean-Michel Ribes. 
  • En 2015, c'est le vendredi 13 novembre que le COZ joue son 13ème spectacle pour la première fois. Cette année, la troupe joue une pièce de Odon Von Horvath: Foi, Amour, Espérance (jouée sous le titre: "Une petite danse de mort"). 
  • En 2016, le collectif participe à la Biennale suisse de théâtre amateur à Sagogn (GR) avec son nouveau spectacle "Paris 1900", un montage de textes et de chansons de Georges Courteline et Aristide Bruant.
  • En 2017, le spectacle "Paris 1900" est repris avec une équipe forte de 14 comédiennes et comédiens et joué huit fois à la Maison de Quartier Sous-Gare de Lausanne.
  • En 2018, le COZ monte son quinzième spectacle "C'est bête à dire, mais...", un cabaret parlé sur des textes de Ferrat, Fersen, Gainsbourg, Nougaro, Reggiani, Sttellla, etc. Particularité: décors, accessoires, costumes et musique sont composés... d'ustensiles de cuisine! Le spectacle est sélectionné pour le Festival de Chisaz (Crissier) en septembre et obtient le prix du public, ainsi que le prix Théâdrama.