Le théâtre du Gibloux : une jeune société ?

Le théâtre  du Gibloux est né  le 12 juin 2010. Mais, en fait, ses racines sont plus profondes.  En effet d’importantes étapes ont  déjà été franchies préalablement. 

En 1'999,  un ancien syndic de Villarsel,  René Mouret, rêve depuis plusieurs années de monter un spectacle au sommet du Gibloux, en plein air,   pour réabiliter Catillon,  la dernière « sorcière » de notre canton à avoir été engloutie par les flammes des nobles Seigneurs de Fribourg.   Quel défi ! Il  imagine un spectacle à la fois chanté  et joué par des gens provenant des alentours du Gibloux.  Il s’entoure d’Hubert Carrel, instituteur et chef de chœur  ainsi que de Philippe Rolle, également enseignant (qu’il avait déjà plusieurs fois entendu  fonctionner comme animateur ou présentateur lors de spectacles ou concerts ). Il propose au premier de se charger de la musique et au deuxième des textes et de la mise en scène. Au final, en 2001,  une quarantaine de bénévoles, une centaine de choristes, une trentaine d’acteurs  et plus de 2'500 spectateurs… Bref,  une épopée grandiose et inoubliable. Catillon a eu sa revanche.

L’histoire aurait pu s’arrêter là.  Cependant, en 2009, Philippe Rolle, après avoir écrit  et joué quelques autres textes,  décide de mettre   sur pied une nouvelle fresque de la vie fribourgeoise. Inspiré par la vie paysanne de l’après-guerre et par  la récolte de nombreux témoignages de gens ayant vécu à cette époque,  il écrit et met en scène « Septembre 45 ».  Il fait appel à Hubert Carrel  et à plusieurs autres intervenants de « Catillon ». Pour la trentaine d’acteurs, de musiciens et la centaine de bénévoles recrutés,  le succès est  à nouveau rendez-vous.   Porté par ce deuxième élan, un groupe de cinquante-quatre personnes s’est uni pour  constituer  le théâtre du Gibloux, un théâtre dont l’un des buts est  notamment des jouer des créations.